Les multiples possibilités d’investissement immobilier rendent ce placement toujours plus intéressant

Investissement Immo ParisInvestir dans l’immobilier est un souhait partagé par beaucoup de français. Taux des livrets au plus bas, volatilité des marchés financiers… la pierre est plus que jamais considérée comme la « valeur refuge » par excellence.


 
La plupart des candidats à l’investissement privé ont pour projet d’acquérir un appartement pour le mettre en location, les loyers permettant d’obtenir un complément de revenus. Mais l’étendu des possibilités d’investissement dans l’immobilier est beaucoup plus vaste.
 

Acheter un appartement pour le louer

 
C’est la plus courante des solutions envisagées. Les particuliers achètent dans ce cas un appartement et s’occupent de le louer seuls ou par l’intermédiaire d’un gestionnaire professionnel. Si la rentabilité d’un tel investissement peut aller jusqu’à 5% pour une réelle bonne affaire en province, la plupart des rendements locatifs oscillent entre 2,5% et 3,5% brut.
 
Ainsi pour optimiser au mieux son investissement, il est important de rationnaliser son acquisition. Parmi les critères à valider, le choix d’un bon emplacement est primordial : plus celui-ci sera prisé, plus la demande sera élevée et la vacance locative faible.
 
Enfin, pour éviter le risque locatif, il est recommandé de souscrire à une « garantie loyers impayés » qui couvre la défaillance du locataire.
 

Des options de défiscalisation pour les logements locatifs anciens

 
Acquérir un logement existant pour le louer peut également ouvrir droit à des réductions fiscales. C’est notamment le cas du déficit foncier, principe par lequel le prix des travaux réalisés sur un logement locatif peut être retranché des revenus fonciers.
 
Ce mécanisme puissant permet de déduire jusqu’à 10.700 euros par an de son revenu global.
L’investissement locatif dans des zones protégées autorise d’autres réductions fiscales intéressantes dès lors que des travaux sont effectués.
 
Une centaine de villes en France dispose de « secteurs sauvegardés », dont les logements sont éligibles à la loi Malraux. Destinée à préserver le caractère de certains quartiers, cette loi permet de réduire chaque année jusqu’à 30.000 euros de l’impôt sur le revenu. Une loi de mécène et un excellent placement pour les investisseurs privés aisés et amoureux du patrimoine.
 
Une autre option de defiscalisation est le PEA. Il s’agit d’investir son argent en le prettant à des entreprises qui se lancent (start-up). En général, ce type de placement est plus risqué que le placement dans de l’immobilier, mais il rapporte plus (entre 7 et 12%, d’après la conseiller en PEA widoowin). Si vous souhaitez réaliser un investissement dans le PEA, nous conseillons de faire appel à un fiscaliste spécialisé qui pourra vous guider dans vos démarches.
 

Acheter dans le neuf en bénéficiant de la loi Pinel

 
Pour ceux qui préfèrent le confort des nouveaux bâtiments BBC au charme de l’ancien, la récente loi Pinel offre la possibilité de déduire jusqu’à 6.000 euros par an de l’impôt sur le revenu en achetant un logement neuf mis en location.
 
Comme la loi Scellier avant elle, la loi Pinel est destinée à relancer la construction de logements et à modérer les loyers.
 
En contrepartie, l’investisseur a la possibilité de bénéficier de la réduction Pinel, allant jusqu’à 21% du prix du bien pour une location pendant 12 ans. Ce dispositif de défiscalisation promet de belles opportunités d’achat pour les investisseurs, notamment grâce aux possibilités d’avoir pour locataire un ascendant ou un descendant.
 
Enfin, il est désormais judicieux d’acheter un logement neuf pour le donner à ses enfants ou petits-enfants : depuis fin août 2014, les nouvelles dispositions permettent d’obtenir un abattement exceptionnel de 100.000 euros sur ces donations.
 

Acquérir des parts de SCPI : un placement financier

 
Que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien, acquérir un logement pour le louer mobilise un capital conséquent. Une alternative possible est l’acquisition de parts SCPI (Sociétés Civiles de Placements Immobiliers), qui consiste à acheter des parts d’une société détenant et gérant beaucoup de biens immobiliers.
 
Les avantages sont multiples : l’investissement devient accessible à partir de quelques centaines d’euros, le risque locatif est lissé sur plusieurs biens (ce qui permet de ne pas pâtir du défaut de paiement d’un locataire), les acquisitions et la gestion des biens sont effectués par des professionnels dans un objectif de rendement et de sécurité. En 2013, la rentabilité des SCPI a affiché entre 4 et 5% brut.
 
Néanmoins, ce type de placement en « pierre-papier » reste financier : frais de souscription, frais de gestion, frais de sortie… Il est important de bien vérifier dans ces conditions si l’investissement reste rentable. Enfin, certains investisseurs préfèrent détenir un actif visible et visitable, ce qui n’est pas le cas en SCPI, puisque l’investisseur n’est pas propriétaire mais détenteur de titres financiers.
 
Les possibilités d’investissement offertes sur le marché immobilier sont très variées. Chacun peut trouver un placement lui correspondant, en fonction de ses objectifs patrimoniaux, ses affinités avec les différents types de biens et le budget qu’il souhaite affecter à son projet.
 
Des sites dédiés à l’investissement immobilier permettent de découvrir de nombreuses autres possibilités d’investissement et d’obtenir les renseignements nécessaires pour se forger un avis et faire son choix.